Pissenlit

Landstaal naam: 
Pissenlit
Bloeiend: 
AprilMeiJuni
Kleur: 
Geel
Nom latin:

Taraxacum.

Description :

L’"or des prés" a presque autant d’usages que le nombre de fleurs qui tapissent les prés au printemps. 

Le nom même de pissenlit est sujet à caution. Beaucoup de plantes ressemblant de près ou de loin au Taraxacum portent dans le langage courant le nom de pissenlit. Personne n’a tort évidemment – puisqu’il s’agit de langage courant - mais ce terme regroupe quand même un grand nombre d’espèces dont la distinction est extrêmement difficile. 250 à 300 sous-espèces (ou espèces distinctes) ont été décrites en France et en Belgique, 1200 en Europe et près de 2000 dans le monde. C’est dire que ce chemin s’arrête ici.
Donc, je choisis de m’attarder uniquement au Taraxacum le plus connu.
Tout le monde connaît le pissenlit pour en avoir soufflé les aigrettes au gré du vent. Disposées en sphère, elles ressemblent à autant de minuscules parachutes.
Ses fleurs, qui sont en réalité des inflorescences regroupent des centaines de petites fleurs très appréciées des abeilles. C’est une des premières plantes à procurer du nectar aux abeilles une fois le printemps débuté. Elle s’ouvrent le matin et se ferment au crépuscule.
On l’appelle souvent « dent de lion » car ses feuilles ressemblent aux dents de ce félin.
« En combinant sexualité et clonage, le pissenlit s’en tire par tous les temps. Et puis nos fauches de plus en plus rapprochées, nos engrais partout, tout cela le favorise énormément. Autrement dit l’impressionnante success story du pissenlit, c’est assez souvent le recul de la biodiversité. » La Salamandre.

Expressions courantes :

En littérature, le pissenlit est souvent associé à la mort, à l’éphémère. C’est pourtant une source extraordinaire de vie.
« Il pense à tous les types qui essaieront de vous faire la cour pendant qu’il cassera les cailloux. Ou qu’il mangera des pissenlits par la racine, dit Pinette. » — (Jean-Paul Sartre, La Mort dans l'âme, 1949)
« Être mort, cela s’appelle manger des pissenlits par la racine. » — (Victor Hugo, Les Misérables, 1862)
« Ainsi que le coquelicot et le pissenlit à la fleur de leur âge sont fauchés par l'impitoyable faux de l'impitoyable faucheur ... - ainsi le petit Rensky a fait le coquelicot. » –- (Alfred Jarry, Ubu Roi, 1888)
« A la pointe d'un chalumeau, la sphère de graines blanches que le vent crève et emporte. Espèce de bulle de savon des prés qui semble avoir été soufflée par la terre. » (Victor Hugo, Les choses vues, 1861)

Le pissenlit représente aussi la propagation de la culture et du savoir dans un sens large via les graines et les aigrettes (image emblématique des dictionnaires Larousse).

Propriétés et usages :

Ils sont nombreux, très nombreux. Et couramment utilisés, encore de nos jours. Je vous poste plus bas une ressource qui parmi d’autres vous fera voyager dans les pissenlits  ;-) et pas par la racine. En fait, tout se consomme. Les fleurs pour ses grandes sources en protéine (plus que les épinards!), les feuilles pour ses propriétés pro-biotiques, leurs richesses en vitamines A, C, E, K, B1, B2, B, ainsi qu’en magnésium, potassium, calcium, fer, phosphore et manganèse. La racine pour sa teneur en calcium, potassium, soufre, silicium, magnésium, phosphore et chlorophylle. Rien que ça ? Bon j’arrête ici sinon je vais écrire tout un bouquin rien que sur cette plante. En plus je ne suis ni herboriste ni scientifique. Juste un passionné des plantes de trottoirs, ces fameuses « mauvaises herbes ».

 

 

Zie op de kaart